top of page
  • Photo du rédacteurClaudia Ruzicki

Dr. Konstantin Raudive, "Je vis très bien !"


Après Friedrich Jürgenson, c'est au tour du philosophe et écrivain letton Dr. Konstantin Raudive de recevoir une grande importance dans le domaine de la recherche vocale sur bande magnétique.

Raudive est né le 30 avril 1909 à Asune-Lettgalen. A vingt-deux ans, il quitte son pays natal et part étudier la philosophie et l'histoire littéraire à Paris et à Salamanque. Il considère l'Espagne comme sa patrie d'adoption.

Entre 1937 et 1944, Raudive se consacre dans son pays à des activités de philosophe, écrivain et traducteur de la littérature espagnole. Lui et Zena ont été forcés de fuir le danger mortel posé par l'occupation soviétique en 1944.

Les deux années suivantes furent, pour Raudive, une séquence d'évasions à travers l'Allemagne, emmenant toujours son compagnon pratiquement immobilisé - une odyssée de souffrance, de faim et de solitude. Fin 1946, ils parviennent à s'installer à Uppsala, où les deux deviennent professeurs à l'université locale.

Avant le vol à travers l'Allemagne, Raudive ne connaissait pas un seul mot d'allemand. Mais, avec sa capacité linguistique, elle n'a pas mis longtemps à l'apprendre. Outre le letton et le russe, langues parlées dans sa maison maternelle, Konstantin Raudive maîtrise l'espagnol, le français, et plus tard, le suédois et l'allemand. Comme Jürgenson, il était aussi polyglotte.

En 1946, Raudive et Zenta ont déménagé à Bad Krozingen en Allemagne, où ils ont vécu jusqu'à sa mort en 1974.

Kontantin Raudive est devenu mondialement célèbre pour ses recherches sur la bande magnétique ; mais avant 1965, lorsqu'il commença à se consacrer exclusivement aux phénomènes des voix, son nom d'auteur de romans et d'ouvrages philosophiques était connu et respecté.

Après s'être installé en Allemagne, Raudive a rendu visite à Juergenson en Suède. À son retour en Allemagne, il a commencé ses expériences en EVP et a eu beaucoup de succès dans ses recherches, communiquant même avec sa défunte mère, laissant un message affectueux sur la bande magnétique avec le nom "Kosti", comme elle l'appelait habituellement dans la vie. .

Avec Theodor Rudoof (l'ingénieur de Telefunken a créé un équipement d'enregistrement à haute fréquence appelé Goniometer), à Vienne, l'ingénieur électricien Dr. Franz Seidl, a fabriqué un autre équipement qu'il a nommé Psychophone et le Suisse Alex Schneider qui a élaboré la diode pour son équipement.




En raison d'une activité intense dans son travail vocal où il se consacrait 24 heures sur 24 à l'étude, il commença à devenir physiquement fragile et épuisé et mourut le 2 septembre 1974 à l'âge de 65 ans.

Son premier livre édité sur le phénomène des voix était: Unhörbares wird hörbar (L'inaudible devient audible), publié en 1968, en allemand, avec un album qui apportait des exemples de voix, sorti en Angleterre sous le titre de Breakthrough, et en 1973 en Italie sous le nom de Voci dall' Aldilà. Son deuxième livre publié en 1973 sur les voix est : Überleben wir den Tod ? (Survivons-nous à la mort ?).




Après être passé de l'autre côté, Raudive a répondu à de nombreuses questions par bande magnétique et par téléphone avec des chercheurs et en 1994 avec George Meek. Dans le groupe luxembourgeois, il a pris contact, notamment en fournissant des informations sur la vie après la mort et lors de l'une des sessions, la réponse a été :

« Je vis très bien ! ».




En 1987, Konstantin Raudive communique à Luxembourg et dit : « …Un substratum immatériel, quel que soit le nom qu'on lui donne, principe, âme, esprit, une portion d'éternité échappe à la destruction… ».


Sources : Pont entre ici et au-delà - Hildegard Schafer

Transcommunication – Communications technologiques avec le monde des « morts » – Clóvis Nunes – Éd. Édicel.

16 vues0 commentaire

Komentáře


bottom of page