top of page
  • Photo du rédacteurClaudia Ruzicki

Franz Seidl, l'inventeur du psychophone


L'une des personnalités les plus remarquables de la scène parapsychologique en Autriche était l'ingénieur électricien Franz Seidl. Il est né à Vienne en 1912 ; a étudié l'électrotechnique à l'école polytechnique de Vienne et a travaillé dans l'industrie et à l'école polytechnique elle-même.

Il s'est fait connaître comme chercheur de voix sur bande magnétique, contribuant grandement au progrès de ce domaine grâce à ses inventions - le psychophone, le psitron, le transducteur et le transcendant ; il est devenu encore plus connu grâce à un appareil qui permettait aux personnes sourdes, même sourdes de naissance, d'entendre à nouveau grâce à l'introduction de plusieurs électrodes qui rayonnaient des harmonies à haute fréquence dans le cerveau.

Tout cet équipement a servi à la fois pour la recherche vocale et pour les enquêtes sur d'autres phénomènes PSI; mais c'est surtout le psychophone qui est devenu un instrument important pour la recherche vocale sur bande magnétique. Cet appareil permettait l'application simultanée de trois méthodes de réception : la réception radio large bande, la méthode de transmission automatique et la méthode du microphone. Dans le même temps, les conversations elles-mêmes sont enregistrées sur bande. Par la méthode de transmission automatique, les êtres de l'Au-delà sont alimentés en énergie supplémentaire qu'ils peuvent moduler de manière paranormale.

Le psychophone de Seidl a été utilisé pendant de nombreuses années par de nombreux chercheurs, dont le Dr. Konstantin Raudive, avec d'excellents résultats. Après la mort de Seidl, l'appareil a été copié par de nombreux techniciens et ingénieurs sur la base du schéma de circuit de l'inventeur, et est toujours utilisé aujourd'hui par des chercheurs à succès. Le psychophone est une étape importante dans la psychophonie, le nom donné à la recherche vocale sur bande magnétique par Seidl.

Il dit lui-même de ses inventions : « Dans la recherche des voix, nous traitons d'autres concepts, car des dimensions différentes sont soumises à des lois différentes, en dehors de notre dimension spatio-temporelle. Ces phénomènes ne peuvent donc pas être expliqués au sens de la physique conventionnelle. Mes appareils sont des constructions qui anticipent la nouvelle physique transcendantale, la psychotronique.

L'ingénieur Seidl ne s'est pas consacré exclusivement aux voix sur bande magnétique. Ses intérêts parapsychologiques concernaient également d'autres phénomènes comme, par exemple, les manifestations photographiques qu'il obtenait lors des enregistrements en utilisant d'autres inventions de lui. Il a également réussi des tentatives de lévitation lors de réunions à son domicile. Son esprit de recherche l'a amené à s'occuper de la photographie Kirlian ; il s'intéresse avant tout à l'âme des plantes.

L'observation des effets de facteurs externes sur la vie végétale a occupé un large spectre des activités de Seidl, et nous avons de nombreux reportages et émissions de radio et de télévision sur les découvertes surprenantes qu'il a faites dans ce domaine.

Ce qui a le plus retenu l'attention des médias, évidemment, ce sont ses résultats au profit des malentendants. Au fur et à mesure de ses progrès dans la recherche des voix sur bande magnétique, il publie le livret Phänomen Transzendentalstimmen [Phénomènes des voix transcendantales].

L'ingénieur Seidl a reçu plusieurs décorations. Pour ses mérites dans la recherche énergétique, il a reçu une nomination pour le prix Getty, similaire au prix Nobel. Et, pour les grandes contributions qu'il a apportées à la science, il a été nommé membre honoraire de l'Organisation européenne de la culture et de la recherche nord-américaine "Eurafok".

En 1982, Seidl avait l'intention de prendre la parole au Congrès Imago-Mundi sur le thème "Le champ PSI comme hypothèse pour une explication des phénomènes paranormaux". cet autre plan d'existence avec lequel il avait déjà entretenu des contacts fréquents au cours de sa vie, et de auquel il avait consacré l'essentiel de ses recherches.


  • Source : Pont entre ici et au-delà, par Hildegard Schafer

12 vues0 commentaire

Comments


bottom of page