top of page
  • Photo du rédacteurClaudia Ruzicki

Hildegard Schaffer "Les voix paranormales prouvent la vie dans l'au-delà"

Entretien avec la chercheuse Hildegard Schaffer, (auteur du livre - Ponte entre o Aqui e o Além) publié dans le magazine français Le Monde Inconnu en février 1993. Traduit et publié dans Folha Espírita en août 1983





Hildegard Schafer : Il semble que, depuis 1915, le magazine anglais « Light » évoque des voix transmises par ondes électromagnétiques. En 1956, Raymond Bayless et Attila von Szalay ont annoncé leurs expériences avec des bandes magnétiques, mais les résultats n'ont pas été vus. La médium Alice A. Bailey écrit dans son ouvrage "Esoteric Healings": "La première preuve audible, apportée à notre niveau physique par une vie après la mort, se fera avec l'aide du radium...".


Roseline Ruther : C'est vrai... Mais les sceptiques prétendent que sur les bandes nous projetons nos pensées...

H.S. : Pour convaincre les sceptiques, seule la technique bien rodée. Edison aurait déjà fait des recherches dans ce domaine des voix. Jurgenson a été le premier à les entendre et à les montrer aux autres pour qu'ils les entendent. Il a été prouvé que les voix ne sont ni nos esprits qui ont imprégné les bandes, ni ceux des émissions de radio. Un tel concours de circonstances, lorsque le défunt appelle l'expérimentateur par son nom, est impossible.


Premiers pas, premières voix


R.R. : Comment se sont organisés vos contacts avec les chercheurs ?

H.S. : J'ai accepté l'invitation de Konstantin Raudive, bien décidé à ne me laisser convaincre que par des preuves formelles, mais avec le secret espoir d'avoir des nouvelles de ma fille. Il m'a prévenu tout de suite que la recherche nécessitait une quantité incroyable de patience, de temps de concentration et de force psychique. Une anecdote : lorsque de cette première rencontre j'étais si sceptique que je considérais même avec méfiance ses préparatifs pour m'offrir un excellent thé letton (Raudive était de Lettonie), persuadé que j'étais qu'il pourrait mélanger des ingrédients pour me priver de bon sens dans ma jugement. Puis, une fois mes propres bandes enregistrées, je lui ai mentalement présenté mes excuses.


R.R. : Quelle est la condition sine qua non pour bien écouter les voix ?

H.S. : Une oreille qui travaille longtemps et dur. Raudive m'a finalement emmené dans son laboratoire, où les muses et les technologies se sont mariées. Des murs dégoulinants de volumes, mais, sur les tables, bancs et chaises, des électroménagers, rien que des électroménagers. J'étais abasourdi : depuis toujours, entre la technique et moi, la relation était avant tout glaciale.


R.R. : Est-il vrai que certains messages enregistrés contiennent, dans une seule phrase, des mots de quatre ou cinq langues différentes ?

H.S. : Exactement, ce qui prouve au moins qu'il ne s'agit pas d'émissions radio, où un tel amalgame serait impensable.


R.R. : Un "message" aurait dit un jour : "La technique est importante, mais n'oubliez pas que votre état d'esprit est aussi important".

H.S. : C'est absolument vrai.


R.R. : Côté technique : qu'est-ce qu'un enregistrement vocal paranormal ? De quels éléments avons-nous besoin pour le réaliser ?

H.S. : Pour un enregistrement, on utilise un magnétophone. Dans les premières années de recherche, les magnétophones étaient principalement utilisés. Plus tard les flûtes à bec ont pris les devants, considérant que les autres ne sont plus fabriquées. Non seulement les flûtes à bec sont plus abordables, mais leurs propriétés techniques sont si parfaites que de bons résultats sont obtenus. Lors de l'achat d'un enregistreur, vous devez vous assurer qu'il est équipé des fonctionnalités suivantes :

1) touche avant et arrière

2) touche de répétition

3) faire une pause

4) régulateur de vitesse

5) volumes

6) Contrôle automatique et manuel.

Un bon magnétophone fonctionne bien, qu'il soit branché ou sur piles. Pour réécouter les bandes, les touches de répétition et de variation de vitesse sont indispensables. La touche de répétition vous permet de réécouter un point précis de l'enregistrement sans utiliser la touche de pause. Comme il est parfois nécessaire d'écouter plus lentement des voix paranormales rapides, le régulateur de vitesse est indispensable. Naturellement, il peut être utilisé pour l'effet inverse.


R.R. : Et comment se déroule un enregistrement ?

H.S. : Commençons par la méthode la plus simple, celle du micro. Après avoir inséré une cassette vierge dans l'enregistreur, nous abordons le disparu à l'aide d'un microphone externe ou intégré. Laissez des blancs entre les questions, afin de permettre aux voix de s'exprimer. L'enregistrement ne doit pas durer plus de dix minutes, car la réécoute prend cinq fois plus de temps. À la fin de l'enregistrement, rembobinez la bande et commencez à écouter. Le débutant aura toujours du mal à identifier les voix sur la bande. Petit à petit, votre oreille s'exerce. Jurgenson, Raudive et d'autres pionniers ont longtemps utilisé la méthode du microphone simple et peu coûteuse avant de passer à des méthodes plus sophistiquées. L'avantage de cette méthode est que les voix sont plus faciles à détecter que celles des enregistrements radio car le "bruit blanc" est absent. Malheureusement, les voix ressemblent souvent à du bruit. Un amplificateur de microphone serait souhaitable.


R.R. : Les voix offrent-elles des particularités différentes ?

H.S. : Ce détail est très important. N'ayant pas toujours à leur disposition le matériel acoustique adéquat, ils forment des phrases très brèves, inversées, déformées, d'une construction douteuse. Et le caractère général des messages, peut-être pour nous prouver qu'ils viennent de l'au-delà. Parfois, un nouveau message se trouve de l'autre côté de l'ancien lors de l'enregistrement. Il faut croire qu'il y a un intérêt à enregistrer de l'autre côté du lieu exact du message précédent. Vous ne devriez jamais essayer d'enregistrer lorsque vous êtes stressé, bouleversé ou pris par des pensées négatives. Les enregistrements doivent être réguliers, sinon ils s'ennuient. Les moments les plus propices sont ceux après le coucher du soleil et les nuits de pleine lune, car les champs électromagnétiques perturbateurs se déplacent vers d'autres endroits. Ne posez pas de questions triviales aux disparus. Ce n'est pas un bureau d'information. Les questions intelligentes appellent des réponses intelligentes. Ne croyez pas que les appareils les plus chers donnent les meilleurs résultats. Voici un message reçu : « La technique ne se substitue pas au pouvoir de la pensée ».


R.R. : Ces expériences pourraient-elles s'avérer dangereuses ?

H.S. : Oui. Si les gens sont déprimés ou s'ils peuvent devenir dépendants des messages qu'ils reçoivent. Même de l'autre côté, il y a des fanatiques et des faussaires. Recherche et besoin d'esprit ferme, sain d'esprit et équilibré. Les voix ont un rythme particulier, elles prononcent les mots d'une manière différente de la nôtre. Les syllabes finales sont prononcées plus fort que les autres, un peu chantées. Quant à la rapidité des déclarations, elle est terrible. Aucune radio n'oserait parler ainsi à ses auditeurs. En tout cas, les Allemands en savent plus que nous, et parfois ils éclairent notre avenir. Dans votre univers, passé, présent et futur ne font qu'un. Et l'anti-temps. Les voix sont tantôt si proches qu'on croit les avoir à ses côtés, tantôt très éloignées et semblables à un écho.


R.R. : La recherche est-elle positive pour nous ?

H.S. : Les voix paranormales prouvent l'immortalité de l'âme et la réalité de l'au-delà. Certaines personnes, quand leurs morts les appellent par leur nom, sont tellement muettes qu'elles adoptent une attitude différente face à la mort. Ce n'est plus une question de foi », mais de certitude.



La dimension de l'absence


R.R. : En fait, aucun de nous n'a essayé d'atteindre les voix. Ils sont venus vers Friedrich Jurgenson d'un autre univers vibrant. Faut-il toujours être présent ?

H.S. : Non. Des expérimentateurs à Düsseldorf prenaient le thé dans une autre pièce, évoquant différents sujets. Pendant ce temps, dans un bureau vide, la bande tournait. Il s'est avéré qu'elle était pleine de voix. Il semble que les gens de l'au-delà aient leur propre station ondulatoire et éthérée qui leur permet d'enquêter sur nos émissions radio. Ils ont des stations de diffusion.


R.R. : La plupart disent : Nous sommes vivants. « Sommes-nous heureux ».

H.S. : De tels messages libèrent un grand nombre de personnes de la peur de la mort. C'est leur objectif : consoler celui qui pleure, prouver que l'Autre Côté existe.


Fonte: https://www.alemdaciencia.com/entrevista-com-a-pesquisadora-hildegard-schafer-impressoes-sobre-as-vozes-paranormais-e-uma-vida-apos-a-morte/

11 vues0 commentaire

Comments


bottom of page